Les oiseaux d'Europe

Plaines, montagnes, forêts et mers.

Ressources:
Le rôti de porc au cumin
Les douleurs musculaires

Les Gallinacés


Lagopède des saules Tétras-lyre Perdrix rouge

Les gallinacés forment un groupe d'oiseaux de taille moyenne ou grande à la silhouette trapue. Les femelles sont habituellement brunes, les mâles de nombreuses espèces merveilleusement colorés avec un plumage chatoyant. La plupart des gallinacés vivent au sol, sont de bons coureurs et cherchent leur nourriture en grattant la surface du sol ou la terre meuble. Tous nichent à terre. Les gallinacés ne sautillent pas, ils marchent. Les ornithologues les regroupent en fonction de caractéristiques biologiques ou physiques communes: nombre de rémiges, battement d'ailes rapide et souvent bruyant, présence d'un jabot et d'un gésier.

Les gallinacés constituent un groupe ancien auquel appartiennent les seules espèces d'oiseaux qui ne connaissent pas encore la couvaison et, à l'instar des reptiles, s'en remettent à la chaleur du soleil pour faire éclore leurs œufs. Il est vrai qu'ils participent tout de même à l'incubation en recouvrant leurs œufs de feuillage qui, en se décomposant, produit de la chaleur. Cette opération peut être très laborieuse et occuper du matin au soir et pendant parfois plusieurs mois d'affilée jusqu'aux deux partenaires d'un couple de mégapodes australiens.

Chez la plupart des gallinacés, seule la poule couve et elle seule élève les petits; ce sont donc des oiseaux qui habituellement ne vivent pas en couples.

Tous les gallinacés ont en commun un corps trapu, un bec puissant légèrement recourbé et des ailes courtes actionnées par des muscles alaires vigoureux. Ils s'envolent très vite, mais ce sont de médiocres voiliers qui volent toujours droit devant eux, si bien qu'en forêt il leur arrive de s'assommer en se cognant contre les arbres. La plupart des coqs ont les tarses munis d'ergots qui leur servent d'armes offensives.

Les gallinacés cherchent leur nourriture au sol. Ils grattent la terre, comme le font nos poules domestiques, puis reculent et examinent les quelques centimètres carrés dégagés, ce que ne fait aucun autre oiseau. Ils se nourrissent de graines, bourgeons, feuilles et insectes. Les aliments sont ramollis dans le jabot puis broyés dans le gésier où les cailloux avalés simultanément font office de meule. Tous les gallinacés se «baignent» volontiers dans le sable mais jamais dans l'eau. Certains se perchent sur des branches et passent la nuit dans les arbres mais aucun ne peut sauter de branche en branche. Les jeunes des gallinacés sont tous nidifuges. Les poussins des mégapodes, qui n'ont pas été couvés par leur mère, sont dès l'éclosion indépendants de leurs géniteurs et peuvent même déjà voler. Les autres poussins volent vers l'âge de 8 jours, plus tôt que tous les autres oiseaux. Ils doivent cette précoce aptitude au vol à l'évolution rapide de leur robe: celle du jeune, qui succède au duvet de l'oisillon juste éclos, comporte déjà des rémiges et lui permet donc de voler. Ils acquièrent ensuite leur robe d'adultes progressivement.

Chez les espèces qui ne vivent pas en couple, mâles et femelles ont des plumages différents. A la saison de la reproduction, les mâles, très colorés, se livrent à un remarquable cérémonial de séduction avec combats et claquements d'ailes, souvent dans un terrain réservé à la parade nuptiale, transmis de génération en génération.

Les lagopèdes, ou coqs de bruyère, des forêts et des tourbières nordiques, les faisans, originaires d'Asie et implantés par l'homme dans presque tous les milieux quelque peu appropriés, les perdicinés, qui vivent en couples, ainsi que les paons appartiennent à l'ordre de Galiformes. Le gibier à plume ne pouvant pas survivre dans les régions où agriculture et sylviculture sont pratiquées intensivement, certaines espèces sont élevées en captivité pour la chasse.